Simulation Finaprêts

Selon les réseaux d’intermédiaires bancaires, il n’y a pas d’inquiétude sur les taux d’intérêt des crédits immobilier en ce début d’octobre. Certains professionnels signalent même de légères baisses des barèmes. Une nouvelle opportunité pour faire racheter son prêt immobilier en cours.

Actualité Finance

Les records historiques ne sont plus loin

Contrairement aux prévisions haussières des taux d’intérêt des financements à l’habitat par les grands observateurs, les barèmes sont à nouveau à la baisse, après une période de stabilité. Selon les intermédiaires bancaires, il est possible d’emprunter à ce jour en moyenne autour de 1,25 % sur 10 ans, 1,55 % sur 15 ans, 1,70 % sur 20 ans et 1,90 % sur 25 ans.

Toutefois, pour les meilleurs profils emprunteurs « chouchous des banques », il est possible d’obtenir un financement immobilier à moins de 1 % sur 10 ans, 1,60 % sur 20 ans et 1,65 % sur 25 ans. Des niveaux de barèmes particulièrement attractifs, à peine supérieurs de quelques points de base aux records historiques observés en novembre 2016 de 1,50 % sur 20 ans en moyenne.

Cependant, les banques et leurs intermédiaires constatent en ce début d’octobre des baisses de 5 points de base en moyenne. Cette moyenne est aussi à mettre en relation avec certaines opérations commerciales pratiquées par les prêteurs pour être plus compétitifs. Une nouvelle opportunité pour les emprunteurs qui souhaitent optimiser le remboursement de leurs  encours immobiliers.

Pour rappel, cette opération bancaire permet de substituer son crédit immobilier en cours par un nouvel emprunt à taux réduit. Cela permet de réduire, soit le montant des échéances, soit la durée initiale du contrat ou encore les deux sous certaines conditions.

La quasi-totalité des banques optent pour la baisse des taux

D’après les différents baromètres, près de 9 établissements bancaires sur 10 optent pour une stratégie baissière des taux d’intérêt des financements à l’habitat. Les raisons évoquées par les prêteurs sont diverses et variées : améliorer leur part de marché, préparer les nouveaux objectifs, être plus compétitifs…

Conscients de cette tendance du marché, les réseaux d’intermédiaire ne craignent pas de hausses de taux à court terme. Certains estiment même que d’autres baisses sont encore possibles dans le courant du mois d’octobre.

En fait, dans la mesure où les financements accordés en ce moment avec des taux très attractifs seront comptabilisés l’année prochaine et feront partie des objectifs commerciaux de 2018, les baisses actuelles semblent être un bon signe pour la suite.

En d’autres termes, les établissements prêteurs pourraient commencer l’année 2018 avec l’intention de faire de nouveaux efforts pour capter davantage de clients, notamment les primo-accédants et les foyers modestes.