Simulation Finaprêts

Restez informé de l'actualité du marché financier et plus particulièrement de l'univers du rachat de crédits.

Dans le cadre d’un regroupement de crédits (consommation ou immobilier), il est possible de solliciter le financement d’un nouveau projet. Cependant, quels sont les projets éligibles ? Que dit la loi ? Comment est déterminé le montant de ce financement ? Eléments de réponse.

Contrairement à ce qui avait été annoncé par les établissements bancaires et leurs intermédiaires, la hausse constatée des taux d’intérêt des crédits immobiliers est plus forte que prévue. Dans certaines banques, la remontée avoisine les 12 %.

Annoncée il y a quelques semaines, la hausse des taux d’intérêt des crédits immobiliers se confirment. Le coût moyen du prêt est donc un peu plus cher en décembre. Toutefois, avec beaucoup de disparité, la hausse reste limitée et dépend des profils emprunteurs.

Mauvaise nouvelle pour les emprunteurs, les sages du conseil constitutionnel ont censuré un dispositif de la loi Sapin 2 permettant de changer d’assurance emprunteur tous les ans.

Les niveaux exceptionnellement bas du taux d’intérêt immobilier ont permis à de nombreux emprunteurs de faire un rachat de crédit en 2016. Cependant, quelles sont les faits marquants de cette année ? Finaprêts s’est penché sur quelques tendances envisageables pour l’année prochaine.

Permettant aux propriétaires en difficulté financière de céder temporairement leur logement à d’autres particuliers investisseurs tout en continuant à l’occuper contre le paiement d’un loyer, le portage immobilier a le vent en poupe. Cependant, quel est son principe ?

Lorsque les spécialistes croient que les taux d’intérêt des crédits immobiliers ont atteint leur plancher, ils continuent de chuter. En ce début de septembre, pour capter de nouveaux clients, certaines banques ont baissé leurs barèmes de 0,4 % pour tous les profils emprunteurs. Une tendance qui surprend.

Depuis le 1er janvier 2016, les propriétaires bénéficiaires d’un éco-PTZ, peuvent en demander un deuxième à titre complémentaire pour le même logement afin de financer des travaux de rénovation énergétique de leur logement. Un récent décret vient de préciser les modalités d’application de ce dispositif.